Catégories

Quelle méthode utilisée pour créer avec de la laine ?

par | Juil 2, 2021 | 0 commentaires

La laine est très souvent utilisée dans la création.

Sais tu qu’il existe de nombreuses façons d’utiliser la laine pour développer ta créativité. Sais tu tout ce que l’on peux faire avec de la laine ?

Même si tu ne tricotes pas, tu as déjà très certainement entendu parler du crochet et du tricot. Mais connais tu les autres manières d’utiliser la laine ?

Je vais te parler de ce qu’il est possible de faire avec la laine au tricot, en feutrage et filage. Ce sont les méthodes que j’utilise. Je ne te parlerai pas de crochet car je ne maîtrise pas et on ne parle bien que de ce que l’on connaît.

Le tricot

Pour créer un objet en laine tricotée, tu as besoin de fil et d’aiguilles. La laine est vendue un peu partout mais tu trouves de la laine de qualité dans les magasins spécialisés, directement dans les filatures ou chez des créateurs. Vérifie les étiquettes, les laines vendues en pelotes sont souvent en acrylique et rarement 100 % laine. De nombreuses filières voient le jour et proposent des laines et des articles en laine française. La filière laine est en progression depuis le confinement. En effet, autrefois, la laine partait en Asie pour être transformée généralement en futon. Depuis le covid, les frontières fermées, la laine est restée stockée. Il a bien fallu trouver un moyen pour s’en sortir. Les producteurs, les artisans se sont retroussés les manches pour sortir la tête de l’eau.

Mais parlons technique

Si tu veux tricoter, tu as besoin de 2 aiguilles. La grosseur de tes aiguilles dépend de la grosseur de ta laine. Tu en trouves dans différentes matières du bambou au métal. La grosseur des aiguilles va du 2 au 25 et même plus. Maintenant, on trouve même de la laine à tricoter avec les bras. Il existe des aiguilles droites et des aiguilles circulaires pour tricoter en rond mais que tu peux aussi utiliser comme des aiguilles droites. Pour ma part j’aime les aiguilles en bambou mais aussi les aiguilles en métal. J’ai laissé tombé le plastique depuis bien longtemps.

Les points de base

Au tricot, il existe 2 points de base qui sont le point endroit et le point envers. C’est en mélangeant les points de base que l’on fait des motifs. On peux ajouter des croisements de mailles ou des mailles non tricotées pour créer d’autres points plus sophistiqués. Pour faire le point mousse, souvent utilisé par les débutants, tu tricotes toujours au point droit. Pour le jersey, tu tricotes un rang à l’endroit et un rang à l’envers. Pour faire les côtes, tu intercales des mailles endroits et des mailles envers. Par exemple, pour faire les côtes 1/1, tu tricotes 1 maille endroit, 1 maille envers et pour les côtes 2/2, c’est 2 mailles endroits et 2 mailles envers. Tu peux faire des côtes différentes 1/2 ou 2/3, c’est à toi de choisir. 1 ou 2 mailles endroits et 2 ou 3 mailles envers.

Dans les motifs, tu joues souvent avec les mailles croisées ou en mélangeant les mailles endroits et envers.

Au fur à mesure que tu avances dans ton travail, tu vois un tissu souple descendre le long de tes aiguilles.
Pour commencer, tu peux créer de petites pièces. C’est assez motivant de voir son travail avancer. Si tu commences par une écharpe comme on a tendance à vouloir faire parce que c’est tout droit, on se lasse vite car il faut beaucoup d’heures de tricot avant d’en voir le bout. Je te conseille des vêtements simples de poupée que tu trouves sur internet ou des mitaines toute simple. Les mitaines sont assez facile à réaliser mais il en faut 2 en général.

J’ai trouvé un site en Suède qui fournit de nombreux modèles de vêtements Barbie du plus simple au plus compliqué en plusieurs langues. J’ai découvert ce site lorsque j’ai été opérée et je ne pouvais que tricoter. J’ai fait un stock de vêtements Barbie à ce moment là.

Quand tu tricotes un pull par exemple, tu suis généralement un modèle. Il existe de nombreuses explications qui sont vendu dans des catalogues avec photos et explications mais aussi, tu trouves des modèles sur internet. On y explique les augmentations et les diminutions de mailles pour faire une emmanchure ou une encolure. Les explications sont généralement accompagnées d’un dessin avec les dimensions que tu dois obtenir. Pour être sure que ton tricot ressemble au résultat final, on te conseille généralement de faire un échantillon et de vérifier que tu tricotes en serrant ton tricot comme la personne qui a créé le modèle. Comme cela, tu es sure que ton tricot final ressemblera au modèle et non pas au pull dans le père Noël est une ordure.

Mon pull

Avant de tricoter mon pull, j’ai filée la laine au rouet.

Filer la laine. Voilà encore une belle activité à faire avec de la laine.
Le filage est une activité reposante que j’assimile à de la méditation. Ne penser à rien et laisser filer la laine entre ses doigts.

Le rouet a une roue entraînée par une ou 2 pédales selon le rouet. Les miens sont des rouets à une seule pédale. Quand la roue tourne, elle entraîne par l’intermédiaire d’une courroie, l’épinglier sur lequel est enfilée la bobine. Pour démarrer, la laine rentre par le trou de l’épinglier, et s’accroche sur la bobine. En pédalant, tu fais tourner la roue qui entraîne l’épinglier qui vrille la laine. Quand la laine est torsadée, tu lâches un peu la pression de tes mains, le fil s’enroule sur la bobine.

Le filage

Si tu veux filer au rouet, le geste est simple. Je peux t’apprendre si tu veux. En filant la laine, on laisse défiler son imagination. Toute la poésie est dans la couleur, dans le mélange des couleurs mais aussi dans l’épaisseur du filage.

Mes rouets

Je possède plusieurs rouets. Mes rouets ont été fabriqué par des artisans locaux. J’aime que tout ce que je produits ou que j’achète ne fasse pas trop de kilomètres. Celui ci a été fabriqué par un artisan du Médoc. J’en ai un qui vient des Pyrénées et un autre récupéré dans un grenier. Pour les formations, je vais en avoir 2 autres prochainement. Ce qui me permettra de faire des ateliers papotages autour d’une tasse de thé et de petits gâteaux.

Mon premier rouet a été celui acheté dans les Pyrénées. Je l’avais acheté d’occasion à une vieille dame qui ne l’avait jamais utilisée et qui l’utilisait en décoration. J’en avais besoin, car j’avais de la laine de lama. La laine de lama est difficile à feutrer par contre, elle est géniale à filer. En plus, elle donne une laine très douce et très agréable.

On peut faire sagement un fil régulier gros ou fin ou on alterne le gros et le fin. J’aime bien alterner et donner à ma pelote cet aspect rustique et irrégulier. C’est un fil que l’on ne peux pas faire avec une machine et qui est une valeur ajoutée supplémentaire au travail manuel.

Fils célibataires et retors

Pour faire un fil à tricoter, il faut filer 2 bobines de fil « célibataire » que tu réunis ensuite pour faire le « retors ».
Filer au rouet te demande un lâcher prise. Si tu es trop tendu, ton fil va casser. Ce n’est pas grave car il est facile de rajouter de la laine pour continuer le filage. Une fois que tu as le geste, tu n’y penses plus et tu laisse ton cerveau se vider dans le fil.

Avant de filer la laine, je la carde. C’est à dire que je mets les fibres dans le même sens pour me faciliter le travail. J’en profite aussi pour faire des mélanges de couleurs.

Il existe aussi des plaques pour faire ses mélanges mais je n’en possède pas.
Il m’arrive aussi de filer directement sans préparer mes couleurs avant. C’est selon mon inspiration.

Quand tu ne possèdes pas de rouet, tu peux toujours filer avec un fuseau. C’est beaucoup plus long mais c’est un outil que tu peux emporter facilement partout.
J’ai fabriqué les miens avec des tourillons et des pieds de lit coupé en 2. Tu peux en faire aussi avec des planchettes pour remplacer les pieds de lit.

Avec la laine ainsi filée, je tricote des bonnets et des tours de cou pour l’hiver ainsi que des mitaines. Je me suis fait mon pull en filant une quinzaine de bobine retors donc le double en fil célibataire.
Pour agrémenter les bonnets et les tours de cou, je fais des fleurs en laine feutrée que je monte sur des broches.

Le feutrage

Une autre activité que l’on peux faire avec de la laine c’est le feutrage .

On peut feutrer à l’eau chaude et au savon (c’est la méthode que j’utilise pour faire les chapeaux) mais aussi, on peut feutrer à sec avec des aiguilles pour créer des petits personnages entre autres.

En général, les dessins sur mes chapeaux sont fait lorsque je pose la laine avant de la feutrer mais il m’arrive aussi de fignoler quelques détails à l’aiguille.

Pour avoir de la laine cardée, on peut en acheter ou la faire soit même. Au début j’utilisais des cardes à mains. Ce sont 2 brosses avec des picots avec lesquelles on brosse la laine. Ça ressemble un peu à des brosses pour chiens.

Feutrage humide

Pour feutrer la laine avec la méthode humide, tu as besoin d’eau chaude et de savon ainsi qu’une natte de bambou ou bien du papier bulle.
Tu as aussi besoin d’une bonne dose de patience et d’énergie car le feutrage est un procédé long et fatiguant. Je te l’ai déjà expliqué dans un article sur mon blog.

Apprentissage

Si toi aussi, tu veux faire des broches, je te propose des ateliers d’initiation dans mon atelier ou à ton domicile pour des journées entre copines.
Quand je fais des ateliers, j’apprends à faire des broches en fleur. C’est une première approche du feutrage qui permet de voir rapidement un produit fini. C’est assez facile à faire avec des enfants avant qu’il ne se lasse de la longueur du travail. En plus, ça leur permet d’offrir une broche à leur maman ou d’avoir un objet fini pour la décoration de leur chambre.

Le savon sert à ouvrir les écailles de la laine qui sous l’effet de la chaleur s’accrochent les unes aux autres. Avec la laine que l’on a croisé puis mouillée, il faut la manipuler en douceur au début puis de plus en plus fort jusqu’au feutrage. C’est quand les fibres sont bien aggloméré que l’on brutalise l’objet pour compléter le feutrage.

Chaque chapeau que je crée est unique. D’abord, je n’aime pas que 2 pièces se ressemblent. La matière en elle même est unique. Les races de moutons donnent toutes des laines différentes. J’utilise de la laine de mouton suffolk mais aussi un peu de Ouessant que j’ai acheté comme sur ce chapeau.
Bientôt, je vais feutrer de la noire du Velay que l’on me donne pour éviter la poubelle.

Utilisation du feutre

La laine feutrée te permet de faire de nombreux objet comme le sac en laine. Même dans la laine feutrée, il existe des techniques différentes. On peut travailler à plat ou en volume. On peut travailler avec des matières comme de la soie pour faire du feutre nuno. On peut créer des volumes et des épaisseurs. Il y a pleins de techniques que je ne maîtrise pas car je ne les utilise pas souvent.

Le feutre de laine peut servir de base pour des chapeaux plus sophistiqués. J’ai feutré un chapeau pour la cérémonie d’un mariage. La laine étant un isolant, elle permet de faire des chapeaux qui sont aussi bien utilisé l’été que l’hiver. En plus d’être naturelle, c’est une matière dans laquelle on ne transpire pas. On imagine toujours que l’on va avoir chaud dans de la laine. Mais non. Elle isole du chaud comme du froid.

Cardage

C’est avec laine cardée que l’on commence le feutre.
La laine passe entre des rouleaux avec picots pour être peignée plusieurs fois avant d’obtenir une belle nappe,

C’est avec cette laine que tu vas détacher délicatement en tirant légèrement dessus que vont apparaître dans tes mains toutes les merveilles que tu vas créer. Ne jamais couper la laine cardée avec des ciseaux. Tu vas pouvoir l’utiliser en filage ou en feutrage à l’eau ou à sec. La laine est posée en douceur quand tu l’a détachée de ta nappe en tirant délicatement.

Feutrage à l’aiguille

Regarde bien l’aiguille et ses petits harpons. Ils emportent la laine vers l’intérieur de ton ouvrage. C’est avec un geste répétitif que tu feutres ta laine. Fait attention à ne pas te piquer les doigts. Je préfère te dire que ça fait mal pour l’avoir tester un certain nombre de fois. Pour te protéger, il existe des bouts de doigt en cuir.

Avec le feutrage à sec, tu peux créer de petits personnages, des animaux et pleins d’autres choses. Je comparerai le feutrage à sec à de la poterie en laine. Tu rajoutes de la matière pour obtenir ta création. Les couleurs ne se mélangent pas . Il faut donc procédé par des petites touches si tu veux faire des dégradés.

Utilisation du feutrage à sec

J’utilise de temps en temps le feutrage à l’aiguille pour créer de petits personnages à ajouter dans mes chapeaux féeriques. Dans ce chapeau, que j’ai présenté lors d’un concours, j’avais utilisé cette méthode pour créer ma petite dame portant le chapeau. Les fleurs ont été faite avec la méthode de feutrage à l’eau. Le chapeau a été moulé à main levée sur une forme de tête en bois.

J’aime bien mélanger les techniques lorsque je fais un chapeau. C’est comme ça que tu retrouves de la laine feutrée sur un béret moulé sur une forme vintage et de la laine filée sur un chapeau mérinos. Regarde dans ma boutique, tu verras les modèles ou je mélange les techniques.

Maintenant que tu sais tout ce que tu peux faire avec de la laine, je te souhaite un bel été pleins de créativité. Tu peux trouvez des aiguilles à tricoter correctes dans tous les bons magasins. La laine cardée peut se trouver sur internet mais j’ai de la laine locale à la boutique. Pour les aiguilles à feutrer, tu en trouves dans les magasins de loisirs créatifs avec les accessoires nécessaires.

Si tu veux apprendre, viens me voir à l’atelier.

Vous aimerez aussi 
Quelque chose à me dire sur cet article ?
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec*

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This
preloader